Cannabis: du mythe à la réalité

En Europe et en France, la dépénalisation du cannabis  fait régulièrement débat. Entre ses détracteurs et les convaincus que le cannabis doit être libéralisé, comment s’y retrouver ?

 

 

 

Le cannabis, ou ses dérivés,  délivrés sur prescription médicale reste un médicament, consommé sous forme d’herbe (shit ) ou de pâte (haschich) à des fins ludiques selon un approvisionnement parallèle , il reste une drogue. Drogue pour laquelle, 60% des français acceptent un usage médical (le quotidien du pharmacien, n°345 du 18/06/18).

Comme tout produit actif , il a indéniablement des propriétés intéressantes ( action anti nauséeuse, antalgique, antispasmodique, antinflammatoire, anxiolytique ) dont certaines peuvent être utiles en médecine , mais il a autant d’effets dévastateurs ( dépendance équivalente aux opioïdes, arythmie cardiaque, hypertension, trouble de l’immunité, altération de la mémoire, de l’attention, diminution du QI , troubles mentaux , bouffées délirantes) et cela de façon quasi irréversible en cas d’usage précoce et prolongé .

D’un point de vue sociétal , légaliser un usage récréatif au mode d’approvisionnement  contrôlé permettrait la mise en place d’une prévention efficace et sortirait le cannabis des mains des trafiquants.

Encadrer un usage thérapeutique du cannabis et de ses dérivés se heurte tout de même à la faiblesse des études cliniques réalisées.

On comprend pourquoi mettre en place une législation est délicat et qu’il existe  des législations si différentes  dans le monde.

 

 

Pour plus d’info:

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/cannabis-les-vrais-dangers-d-une-fausse-drogue-douce_1195289.html